Accès à l’éducation et à la formation: bref bilan de la première phase d’animation

Publié: 18 décembre 2012 dans Éducation et formation, Des nouvelles du RAJE, Divers

C’est la fin de l’année 2012 et avec elle, la fin de la première étape de la tournée d’animation du RAJE citoyenne dans les Auberges du coeur et des organismes communautaires jeunesse de Montréal, Laval et Longueuil. L’objectif général de cette tournée est la production d’une vidéo sur les facteurs qui poussent les jeunes à sortir de l’école, mais aussi sur les obstacles qui les empêchent de « raccrocher » pour étudier et se former adéquatement. C’est aussi l’occasion pour les jeunes de mettre à contribution leur expertise propre des réalités qu’ils et elles vivent, d’identifier les sources des problèmes rencontrés et, bien sûr, de définir des solutions concrètes. Solutions qui viendront s’ajouter, dans une future étape, aux revendications du RAJE citoyenne et qui seront portées dans nos efforts collectifs pour améliorer l’accès à l’éducation et à la formation. Enfin, le film deviendra un moyen pour sensibiliser et éduquer un public plus large, pour mobiliser des jeunes ayant la volonté et le désir de changer les choses, pour nourrir nos projets et puis, bien sûr, pour faire pression sur « qui de droit »!

En date du 18 décembre, nous avons animé un total de quinze rencontres avec plus d’une centaine de jeunes rassemblés en petits groupes. L’animation a été assumée par des intervenants, des jeunes militants et des stagiaires ayant tous en commun leur engagement au sein du RAJE citoyenne et des Auberges du coeur. Cette première étape avait pour but d’explorer un ensemble de questions ouvertes, principalement:

  • As-tu « décroché » de l’école? Pourquoi?
  • Quels sont, selon toi, les avantages et les inconvénients à décrocher?
  • Qu’est-ce que tu aimes de l’école? Qu’est-ce que tu n’aimes pas? Pourquoi?
  • Que changerais-tu de l’école?
  • Est-ce facile de retourner étudier ou de se former dans un programme qui respecte tes choix?
  • Y a-t-il des liens entre les difficultés d’accès à l’éducation dont on parle et les luttes étudiantes de cette année? Lesquels?

Les réponses obtenues nous guideront pour une seconde étape qui nous permettra d’aller plus loin dans l’analyse et de formuler des solutions concrètes (des revendications, si vous préférez). Et peut-être même de développer un projet d’éducation alternative, qui sait?

Bilan avec M. Caouette

Le 13 décembre dernier, avec l’aide de M. Charles E Caouette (pédagogue et cofondateur d’écoles alternatives), nous avons dresser un bilan de la première étape. Ce bilan vient enrichir une compilation des réponses que nous ont offertes les jeunes durant la tournée. Nous avons donc aujourd’hui un portrait assez clair des problèmes qui poussent les jeunes à quitter l’école, mais aussi ce qu’ils et elles changeraient pour améliorer la réussite scolaire des uns et le raccrochage des autres!

Bilan 3Pour vous mettre en appétit: les inégalités sociales sont largement présentes dans l’analyse des jeunes. La faiblesse, voire l’absence de liens sociaux significatifs dans la vie des jeunes et la pauvreté expliquent pour une large part un ensemble de difficultés qui mènent ultimement à la fin du parcours scolaire. Il faut du soutien engagé et de bonnes conditions de vie pour persévérer et réussir. Ces mêmes inégalités sociales expliquent les obstacles rencontrés par les jeunes lorsqu’ils et elles s’efforcent de retourner aux études ou dans des formations qualifiantes. Qui plus est, ces inégalités viennent souvent contrecarrer leurs efforts pour persévérer dans leurs cheminements lorsqu’ils et elles ont enfin accès à l’éducation ou à la formation. En effet, lorsqu’on entend les jeunes décrire les conditions de vie difficiles dans lesquelles ils et elles doivent « réussir » les programmes qu’on leur offre, on comprend vite que c’est totalement injuste. C’est plus injuste encore lorsqu’on prend en compte les nombreuses années de vies difficiles que la plupart de ces jeunes ont eu avant d’en arriver là où ils et elles en sont aujourd’hui. Par ailleurs, il faut aussi prendre en considération les injustices qui touchent de façon particulière les jeunes femmes et les jeunes issus de différentes minorités culturelles, ciblent de discriminations qui ajoutent trop souvent l’insulte à l’injure. Une hausse des revenus, une véritable gratuité de l’éducation et de la formation, ainsi que la possibilité de créer des liens significatifs semblent donc se dessiner parmi les grandes solutions envisagées.

Les jeunes se questionnent aussi sur la soi-disant autonomie qu’on tente de leur inculquer de force alors que, dans les faits, ils et elles ne peuvent pas exercer leur liberté de choisir. En effet, des jeunes constatent qu’on leur demande de s’adapter au système scolaire alors que celui-ci ne s’adapte pas à eux et à elles? Pourtant, le système scolaire  s’adapte au marché économique! Ces jeunes se demandent pourquoi veut-on contrôler le futur des prochaines générations à ce point? Enfin, ils et elles constatent comme une évidence l’absence de réel pouvoir de choisir leur formation en respect de leurs intérêts, de leurs aspirations, de leurs compétences et de leurs valeurs.

Bilan 2Nous avons aussi parlé de la mission de l’école. Et encore là, nous avons eu de beaux moments d’échanges, cette fois à saveur plus franchement philosophique. On ne peut guère parler de la mission de l’école et du sens de l,éducation sans parler de notre conception de l’être humain. Veut-on des personnes épanouies dans toutes les dimensions de leur être, capables de penser par elles-mêmes, solidaires, responsables, avec de « belles valeurs », ou tout simplement des travailleurs-clients-consommateurs? On sent bien que l’école répond de plus en plus aux besoins de l’économie et de moins en moins aux besoins des jeunes (et des moins jeunes).

Malgré tout, la plupart des jeunes sont pleins d’espoir et veulent un avenir meilleur. Ils et elles sont aussi plein d’intelligence et de sagesse et c’est pourquoi les idées ne manquent pas pour améliorer l’accès à l’éducation et à la formation. Ces idées seront au coeur des prochaines étapes de la tournée d’animation, afin d’en faire de véritables moteurs pour les efforts collectifs du RAJE citoyenne.

Les prochaines étapes de la tournée nous amènera dans les régions du Bas-du-Fleuve, Chaudière-Appalaches, Québec, Centre-du-Québec, Lanaudière, Montérégie, Estrie et Outaouais. La Pocatière, Lévis, Québec, Drummondville, Victoriaville et un bon nombre d’autres villes sont sur notre liste de voeux pour 2013!

Sortie prévue du film: juin 2013! Entretemps, il y a beaucoup de boulot et, sans doute, une manifestation ou deux si le gouvernement actuel se le mérite 😉

Au nom du Rassemblement de la jeunesse citoyenne, des jeunes qui y militent et des organismes qui le soutiennent, nous vous souhaitons une bonne fin d’année 2012 et une année 2013 remplie de merveilleuses rencontres, de liens durables, de luttes collectives, de plaisir et d’humour 😉

S'unir pour exister

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s